Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les fans de "Fais pas ci, Fais pas ça" auront le plaisir dans une semaine, de découvrir deux nouveaux épisodes de la série familiale. En attendant, France 2, qui appâte le chaland à coup de nombreux teasers à heure de grande écoute, propose de voir en intégralité le premier épisode de cette saison 6. Une saison qui, malgré quelques défaillances scénaristiques, s'annonce tout aussi plaisante que les précédentes.

Dans "Fais pas ci, Fais pas ça", chaque année est celle du changement. Les étapes de la scolarité, qui s'accompagnent de mutations comportementales, des enfants Lepic et Bouley, servent de canevas au scénario. Ici, c'est l'indépendance de Christophe et Tiphaine, qui emménagent dans un charmant appartement, qui fait office de pivot pour cette saison 6. Ce fil conducteur, s'il se traduit par des choix scénaristiques quelque peu poussifs (Tiphaine est enceinte, son mariage avec Christophe s'apprête à être célébré), nous réserve quelques morceaux savoureux (comment un couple Bouley/Lepic va-t-il envisager l'éducation d'un enfant?) et a le mérite de recentrer l'intrigue sur la vie familiale.

Justement, la vie domestique semble être passée au second plan de la série, au profit des ennuis professionnels des adultes. Rien ne va plus chez les Lepic et les Bouley. Fabienne se fait damer le pion à la mairie par un jeune arriviste sorti de Sciences-Po, Renaud doit se colleter à un numéro 1 persifleur et incompétent, Valérie est en quête désespérée de reconversion professionnelle pour échapper au stress et à l'ambiance délétère de sa boîte de com'.

Au début de l'épisode 1, il semble que la série s'essouffle. De béances scénaristiques (Lucas pisse au lit, Charlotte fait un régime) en dialogues qui manquent cruellement de l'humour qui avait fait le succès de la série, la déception gagne. Puis, les premières vingt minutes passées, la série retrouve toute sa saveur. "Pas facile, facile pas" d'inventer une suite aux tribulations familiales des deux familles franciliennes.

Les colères impromptues de Fabiennes, les sorties de Renaud, cet "érudit du robinet", contre le gouvernement socialiste et leurs prises de bec font renouer avec le fou rire. Des effets de surprise sont ménagés et émaillent l'épisode de rebondissements inattendus, qui compensent certains moments ennuyeux (Fabienne sur le chantier). Suite à une des scènes les plus drôles que l'on ne révèlera pas, on assiste à un petit déjeuner joyeusement grivois où les Bouley raillent la sexualité naissante de leur fils. La deuxième moitié de l'épisode, particulièrement réussie et féconde en drôlerie, laisse présager un bon cru 2013.

Pour la sixième fois consécutive, on retrouve avec joie cette série désopilante au rythme alerte, portée par des comédiens hors-pair (Valérie Bonneton, Bruno Salomone, Isabelle Gélinas, Guillaume de Tonquédec, les enfants, tous excellents). La satire des deux familles antagonistes, parfois fine, parfois caricaturale, est esquissée avec humour et tendresse.

Un excellent remède contre la morosité automnale.

Fabienne Lepic part en vrille.

Tag(s) : #série

Partager cet article

Repost 0