Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un beau matin, Jérémie (Pio Marmaï), 34 ans, se réveille aux côtés d'une belle et pétulante suédoise, Adna (Adrianna Gradziel). Le hic, c'est que le jeune homme s'apprête à convoler en juste noces avec...un certain Antoine (Lannick Gautry). Écartelé entre le cours normal de son homosexualité et l'attirance irrépressible qu'exercent sur lui les beaux yeux bleus de la donzelle, Jérémie s'interroge sur sa sexualité, louvoie, essaie de ménager la belle et son chou sous le regard taquin de son associé, Charles (Frank Gastambide), type même du beauf hétéro qui accumule les conquêtes d'un soir, suédoises de préférence.

Fort d'un très bon postulat scénaristique de départ -le coming-out inversé, le retournement des situations et des « valeurs » (les parents de Jérémie vouent aux gémonies le couple hétérosexuel formé par leur fille et leur gendre et ne jurent plus que par le mariage gay)- « Toute première fois », récompensé par le grand prix du jury au festival de l'Alpe d'Huez, promettait de sortir des sentiers battus. Malheureusement rattrapé par les épais rouages de la comédie sentimentale populaire et son cortège de situations éculées, le film de Noémie Saglio et Maxime Govare avance en terrain balisé, au lieu d'emprunter le séduisant itinéraire bis qu'il nous faisait miroiter.

Si « Toute première fois » essaie constamment de tenir à distance les clichés (le personnage de Gastambide le fait même explicitement), il s'en nourrit paradoxalement pour les distordre ou les parodier (le stagiaire abonné à la photocopieuse, l'ami homosexuel stéréotypé qui peint des vagins), sans avoir toujours la main heureuse. Reste que les ressorts, simples mais efficaces, de cette comédie dans la France post-mariage pour tous fonctionnent et que les dialogues et les scènes calibrées pour emporter le rire font mouche. Utopie de la société contemporaine dont l'aspect idéaliste est accusé par une photographie très lisse, très papier glacé, « Toute première fois » est un feel-good movie entraînant, qui a le mérite d'aller au bout de son propos, avec pêche et panache.

Le charmant Pio Marmaï, abonné aux films initiatiques, se montre toujours à l'aise dans les rôles de trentenaire boiteux et paumé, dans la lignée de « Grand départ » de Nicolas Mercier et du pétillant « Maestro » de Léa Fazer. Frank Gastambide (Les Kaïra, Les Gazelles) et Camille Cottin (la Conasse du « Grand Journal ») se livrent quant à eux un savoureux duel à base d'amour vache tandis que les irrésistibles Isabelle Candelier et Frédéric Pierrot composent un couple de bobos aussi pittoresque qu'attachant. Dotée d'un indéniable capital sympathie, ne sacrifiant jamais au vulgaire, cette guillerette comédie romantique du (dé)mariage gay a vocation à rencontrer un large public. On le lui souhaite. « Mazal Tov ! »

Pio Marmaï ménage la belle et son chou. Copyright image : Culturebox

Pio Marmaï ménage la belle et son chou. Copyright image : Culturebox

Tag(s) : #comédie romantique, #homosexualité

Partager cet article

Repost 0